La haie (1/4) Version PDF

Conseils généraux

INTRODUCTION

Les haies sont traditionnellement utilisées pour délimiter une parcelle.  Ainsi, dans nos campagnes, les haies composaient des clôtures naturelles autour des prairies.  Ces haies constituent un élément clé du maillage écologique, elles contribuent également à la diversité et à la beauté de nos paysages. La succession des floraisons printanières garantit une source de nourriture importante pour nos pollinisateurs.

 

Avec le remembrement agricole, elles ont été progressivement arrachées et remplacées par les clôtures de fils barbelés et les clôtures électriques.  On en oublie alors, leurs rôles de brise vent, de régulateur hydrique ou bien encore de stabilisation des terres.

 

Les jardins privatifs sont souvent ceinturés par des haies basses.  Mais les essences indigènes utilisées autrefois ont fait place, sous l'influence de la mode de la fin des années 70 et l'impulsion des pépiniéristes, à des murs végétaux composés de conifères (Thuyas, Cyprès, ...).  Ces conifères ne présentent aucun intérêt pour nos pollinisateurs.  La structure dense et compacte de leurs rameaux empêche également tout abris et possibilité de nidification pour nos oiseaux.

 

 Haie composée de thuyas (ECOWAL ©)

 

 

 

La structure dense de la ramure des haies de conifères constitue une barrière pour les oiseaux (ECOWAL ©)

 

LES DIFFERENTS TYPES DE HAIES

Selon l'espace disponible, mais surtout le type d'entretien, on peut distinguer deux types de haies.

I. La haie taillée.

La haie est taillée une à deux fois par an.  Les plants sont densément plantés, à raison de 3 plants par mètre courant (la densité de plantation est portée à 4 plants pour certaines essences telles que le buis et le troëne).  La haie peut être composée d'une seule espèce (on l'a dit monospécifique) ou de diverses espèces.  Dans ce cas, il faut choisir des espèces à croissance similaire et éviter les espèces à fortes pousses, telles que le sureau,  ou le frêne, qui déstructurent l'aspect de la haie.

 

Un plant de sureau, dans une haie taillée annuellement, dénature l'aspect de la haie (ECOWAL ©)

 La taille annuelle réduit souvent la floraison et l'intérêt pour nos pollinisateurs.  Par contre la haie offre le gîte aux oiseaux qui y trouvent de quoi nidifier et se protéger du mauvais temps ou des prédateurs en hiver.  A ce titre, les espèces à feuillage persistant sont particulièrement appréciées de nos petits volatiles en hiver.

 

La haie taillée peut avoir une vocation "défensive".  Les essences principalement utilisées sont alors épineuses.  L'aubépine (Crataegus monogyna), le houx (Ilex aquifolia) et le prunellier (Prunus spinosa) sont à favoriser.  Attention que le prunellier à tendance à s'étendre par drageonnement.  Il faut dès lors l'utiliser avec parcimonie.

 

La haie taillée peut aussi constituer un écran visuel, de quoi se protéger des regards indiscrets.  Les essences à feuillage persistant ou marcescent sont à privilégier.

 

Essences persitantes :

  • le buis (Buxus sempervirens)
  • le houx (Ilex quifolia)
  • l'if (Taxus baccata)

 

Ces essences ont une croissance lente.  Il faut dès lors être patient pour se constituer une haie de bonne hauteur.

 

Essences marcescentes :

  • le hêtre (Fagus sylvatica)
  • le charme (Carpinus betulus)
  • le chêne (Quercus robur)

 

Le hêtre est de loin le plus efficace en terme d'écran visuel.  Les feuilles mortes restent sur ses branchages tout l'hiver et tombent au printemps suivant, lorsque les nouveaux bourgeons débourrent.

Le charme, quant à lui, perd ses feuilles en décembre/janvier, mais ses bourgeons débourrent plus vite au printemps.

 

 

 

Une haie composée de hêtres assure un excellent écran visuel  (ECOWAL ©)

 

Une haie composée de différentes essences résiste mieux aux maladies.   De plus, l'automne venu, les différents feuillages apportent des nuances de couleurs variées.  L'érable champêtre (Acer campestre) illumine la haie de ses feuilles jaunes tandis que la viorne obier (Viburnum opulus) et le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) apportent à celle-ci des couleurs rouges lie de vin.